Souvent les titulaires d’un site web se tournent vers des agences de référencement en insistant sur le fait que leur site a été pénalisé par Google, mais il est important de faire la différence entre une pénalisation de Google, un déclassement naturel (perte de place sur les résultats de recherche) et un déclassement en raison d’erreurs ou problèmes techniques sur le site. Pour savoir si votre site est donc pénalisé, il est important de connaitre les sanctions appliquées par le géant des moteurs de recherche.

Les pénalités manuelles et algorithmiques

Si Panda et Pingouin sont les pénalités les plus connues appliquées par Google, il faut noter que de nombreuses sanctions existent, sans que vous ne soyez au courant de leur existence.

Pour commencer, il est important de noter que deux types de pénalités sont possibles ; les sanctions manuelles menées par des humains et celles résultant du tri fait par les algorithmes. Ces derniers peuvent en effet avoir des effets négatifs sur le référencement d’une plateforme ce qui sera vu comme une pénalité.

Comment détecter les éventuelles pénalités ?

Savoir si votre page web est devenue un site pénalisé est facile surtout s’il s’agit de pénalités manuelles puisque vous recevrez une notification dans l’outil Google webmaster Tools indiquant les raisons de la pénalité.

Les pénalités algorithmiques sont plus difficiles à détecter ainsi, certains outils peuvent être utilisés pour les identifier : analyse du trafic, analyse des modifications sur les moteurs de recherche (suite à une mise à jour), recherche du site (monsite.com), réalisation d’un audit SEO…

Quelles sont les différentes pénalités possibles ?

Si les pénalités manuelles sont les véritables sources d’une perte de positionnement sur google, c’est dû au fait que le site en question comporte des erreurs pouvant porter préjudice aux internautes :

. Placement de liens artificiels sur le site, vers le site ou sur un autre site pour optimiser le classement sur Google

. Site piraté

. Contenu de mauvaise qualité : peu informatif, trop publicitaire, pas de valeur ajoutée

. Spam agressif ou généré par l’utilisateur

. Cloacking (techniques de dissimulation et redirection trompeuses)

. Contenu caché et répétition de mots clés

. Hébergeurs gratuits associés à un spam

Notez par ailleurs que pour optimiser votre visibilité sur le moteur de recherche, il est important de se renseigner sur les mises à jour pouvant influencer votre site : Panda (mai 2014), Pingouin (octobre 2013) et Colibri (septembre 2013). D’autres mises à jour comme Caféine, Florida, Vince, Boston, et d’autres, peuvent également avoir une incidence sur le classement dans les résultats de recherche.